Navigation – Plan du site
III. La tentation du baroque dans les cultures du Sud-Est européen

L’esprit baroque dans l'architecture du xviie siècle de la Valachie

Tereza Sinigalia

Texte intégral

  • 1 Nicolae Ghika - Budesti, Evoluatia arhitecturii în Muntenia si Oltenia (Évolution de l’architecture (...)
  • 2 Voir la discussion chez Vasile Dragut, Arta brîncoveneasca, (l’Art Brancovan), Bucarest, 1976, p. 1 (...)

1Les problèmes très complexes impliqués par un tel titre demandaient, peut-être, qu’il soit accompagné – graphiquement au moins – par un double signe: un point d’interrogation et un point d’exclamation: question et doute à la fois. Car, peut-on parler de « Baroque» dans l’art de bâtir en Valachie des premières 8 décennies du xviie siècle, généralement désignées comme « époque de transition »1, précédant ce que nous nous sommes habitués à dénommer – par commodité ou par poncif avec un terme vague, qui comporte encore beaucoup d’amendements – « Baroque Brancovan »2, marquant la fin du xviie siècle et les premières décennies du xviiie ?

2La réponse ne peut être ni nettement affirmative, ni totalement négative ; elle pourrait emprunter quelque chose de la labilité du phénomène sous le signe duquel s’inscrit ce Colloque.

  • 3 Une littérature assez riche s’est accumulée ces dernières 15 années. À voir notamment : Virgil Când (...)

3Comme beaucoup d’autres aspects de notre histoire culturelle – et notamment de l’histoire de l’art –, les manifestations artistiques du xviie siècle doivent être repensées et réévaluées, tant dans le contexte européen de ce siècle que– spécialement encore dans « le monde » de la Valachie, à présent mieux connu, mais pas encore clairement défini dans toutes les données qui composent le fascinant tableau spirituel du temps3.

4Les aspects sur lesquels porte notre attention ne représentent ni des découvertes de la dernière heure, ni des nouveautés absolues, mais des choses généralement connues et acceptées comme appartenant au temps dont nous nous occupons.

  • 4 Nicolae Ghika -Budesti, op. cit., tome ii, 1931, tome iii, 1933, tome iv, 1936.

5Mais, au contraire de ce qui se passe dans l’architecture valaque du xvie siècle et des premières décennies du xviie, vers la moitié du xviie siècle on sent un esprit nouveau, qui se dégage des monuments, non seulement laïques, mais religieux aussi, églises et monastères. Cet esprit est resté encore inexpliqué. On est passé, généralement, par dessus les inventions qui rompent les maillons commodes de la chaîne établie il y a cinq décennies : vieux style ‑ xvie siècle, nouveau style – fin xviie-xviiie siècle, époque de transition – les décennies entre les deux4.

  • 5 Dari Ionescu, Le Baroque en Moldavie, Bucarest, « Synthésis », iv, 1977, p. 79-97.

6Ce que nous avons cherché, c’était à déchiffrer le contexte dans lequel on pourrait placer ces manifestations, pas d’une manière forcée, mais naturellement parce qu’elles en font partie. Tôt ou tard – et il y, a déjà quelques essais pour la Moldavie5 – les manifestations pour lesquelles on n’a pas trouvé des explications convenables seront encadrées dans une nouvelle vision, dénommée, à la rigueur, « baroque » ou mieux « prébaroque ».

  • 6 Grigore Ionescu, Istoria arhitecturii în România (Histoire de l’architecture en Roumanie, tome ii, (...)

7Cette qualification – acceptable pour le moment comme hypothèse de travail – ne doit pas son existence à la réception des éléments du style baroque européen contemporain, comme dans la Moldavie voisine, par exemple6. Elle est une empreinte de l’esprit du temps, qui a marqué, à côté de la pensée, de la littérature religieuse ou historique, les divers domaines de l’art, de la décoration du livre jusqu’à l’art de bâtir, le faste de la voïvodale et les cérémonies religieuses.

8Les chercheurs de domaines différents ont souligné, plus d’une fois, la crise de conscience de plus en plus marquée, ressentie dans la Valachie vers le milieu du xviie siècle. Les hommes de goût, les hommes de pensée, les hommes de plume, avec d’autres besoins spirituels que leurs pères et grands-pères, mais ni totalement sortis du Moyen Âge, ni appartenant entièrement à l’époque moderne, avec d’autres appétits spirituels et marqués déjà par d’autres mentalités, se trouvent dans un état de permanente inquiétude et de recherche. Cette oscillation entre le vieux et le nouveau est traduite aussi dans le langage des monuments. Symptomatiquement, les églises prédominent encore, même si le programme constructif s’était enrichi et diversifié, par la recherche fervente de formes nouvelles d’expression, par le choix d’une grande variété de solutions plastiques, les unes suivant le mouvement traditionnel, les autres - novatrices. Le patronage s’était enrichi et diversifié, lui aussi. À côté de fondateurs traditionnels – les voïvodes, la famille voïvodale et les grands boyards du pays – de nombreuses fondations nouvelles parsemées sur l’entier territoire de la Valachie, sont dues aux menus dignitaires, parfois d’importance locale, aux prélats, moines ou prêtres, riches marchands ou même aux communautés villageoises.

9Dans les décennies du milieu et de la deuxième moitié du xviie siècle, trois sont des phénomènes qui me semblent être redevables à ce nouvel esprit, harmonieusement greffés sur le classicisme foncier traditionnel de l’architecture religieuse de la Valachie :

1) l’unification de l’espace intérieur de l’église ;

2) la création d’une communication spatiale extérieure, par la généralisation d’un exonarthex ouvert, réalisé par l’intermède des arcades et des colonnes ;

3) Le déplacement de l’accent vertical du monument vers l’ouest, par le renoncement à la tour lanterne du Pantocrator sur le naos, remplacée par une tour clocher sur le pronaos (narthex) ou sur l’exonarthex ouvert.

  • 7 L’espace créé entre les colonnes séparant le naos du pronaos était séparé par des rideaux richement (...)

10Une des constantes traditionnelles de l’architecture religieuse de la Valachie était le compartimentage strict des églises, comme suite de la création des « chambres » rituelles, plus amples ou plus petites, en réalisant des alvéoles indépendantes – comme espace et fonction. Aucun monument des siècles passés n’a fait exception à cette règle, ni même la célèbre fondation de Neagoe Basarab de Curtea de Arges, qui, en dépit de la hardiesse de la structure du pronaos, garde – par l’intermède de moyens non constructifs la séparation demandée par le culte orthodoxe7.

11Le phénomène remarqué vers le milieu du xviie siècle – qui engendra à son tour une longue tradition – est représenté exactement par le renoncement au compartimentage réalisé par des murs massifs, percés d’une seule porte étroite et basse, à la faveur d’une vision spatiale et plastique : des arcades demi-circulaires soutenues par des colonnes octogonales, circulaires ou torses, généralement dépourvues de base ou munies seulement d’une mince plinthe. Cette simili cloison et les espaces ainsi créés permettent la libre communication entre le naos et le pronaos, non seulement le passage à l’aise, mais aussi – et ici se trouve l’élément important – la communication visuelle et spirituelle.

12Dans l’espace ainsi unifié, on obtient un nouvel axe d’intérêt, dans le sens longitudinal, axe que l’on cherche à accommoder avec la conception de l’espace central de la tradition byzantine (église du monastère de Oura Motrului – dép, de Oorj, 1653). La solution qui propose des arcades et des colonnes hautes donne naissance à un espace « coulissant », comme dans la peinture occidentale de la même époque : placées entre deux sources d’éclairage – les fenêtres latérales du naos et celles du pronaos, et parfois aussi les fenêtres du tambour couronnant la voûte du naos – elles projettent des ombres longues et d’intensités différentes. Par quelques angles favorables d’incidence, les ombres et les lumières créent dans le naos traditionnel un éloignement artificiel ou, au contraire, un rapprochement spatial, incorporant un mouvement potentiel qui entraîne le fidèle, enveloppé dans une nouvelle atmosphère de mystère – escomptée ou non, voulue ou fortuite, due à une solution intuitive. On trouve ici une source inépuisable d’effets imprévisibles pour l’âme demandant comme nourriture spirituelle recherchée toujours dans l’église quelque chose d’autre que la vieille tradition.

13La dématérialisation apparente de la masse construite, l’accroissement du rôle de réceptacle spatial par la création des effets lumineux, l’oscillation entre l’unicité et la pluralité, entre la clarté et la succession des aspects momentanés pris par l’intérieur traduisent une sensibilité nouvelle, que nous sommes loin encore d’être capables de déchiffrer exactement.

14À cette nouvelle sensibilité est liée aussi, à la même époque, la généralisation de l’espace ouvert à l’ouest de l’édifice, en parallèle avec la création des espaces similaires dans la structure des édifices privés - palais et maisons des boyards.

  • 8 Jusqu’à présent, nous ne connaissons pas avec précision - à quelques exceptions près seulement - l’ (...)
  • 9 Avant 1583-1585, intervalle qui marque la construction de l’église princière de Tîrgoviste – munie (...)

15Pour les habitants des pays roumains, l’intégration de la maison ou de l’église dans le paysage environnant ne sont pas des nouveautés. « Prispa » – espace ouvert délimité devant par un parapet qui soutient des colonnettes et une architrave munie ou non d’arcades – a été, peut-être depuis longtemps une permanence du bâtiment paysan. Sa transposition dans la maçonnerie a été plutôt désirée que réalisée dans l’architecture des époques précédant le xviie siècle8. Sa présence assez rare marque une sorte d’innovation patronnée par les princes régnants, désireux peut-être de revenir, dans leur église cette fois-ci, aux anciens porches ouverts des églises byzantines9.

16Nous ne croyons pas que la généralisation des exonarthex ouverts doit être mise seulement sur le compte de cette époque de commencement des hardiesses, mais aussi sur le changement lent des mentalités. Ce changement a été favorisé par une conjoncture spéciale, qui a permis aux tendances latentes d’introduire des composantes nouvelles dans un ordre qui paraissait immobile, éternel.

17Appartenant au même sentiment d’éternité apparaît aussi la coupole dressée sur le tambour – avec toutes les significations symboliques attribuées par les Pères de l’Église et les exégètes de l’orthodoxie.

  • 10 Lucian Blaga, Trilogia culturii (La trilogie de la culture), Cap. « Le transcendant qui descend », (...)
  • 11 Victor Papacostea, Les Origines de l’enseignement supérieur en Valachie, « Revue des études sud-est (...)

18Nous croyons qu’on trouve ici quelque chose du type du « Transcendant qui descend », selon l’expression inspirée de Lucian Blaga10, expression utilisée par nous dans son sens strictement littéraire pour souligner un rapprochement du « sacré » au monde, de la communication divin-terrestre, sentiment tiré – pas explicitement peut-être – des idées empruntées de la propagande jésuite, celle d’une « foi active », d’une communion entre l’homme et Dieu11.

  • 12 En Valachie, sauf la tour-clocher de l’église Sîn Nicoara de Curtea de Arges (xive siècle) et celle (...)

19Le renoncement à l’accent vertical du naos – marqué normalement par le tambour, plus haut et plus élégant que dans les églises byzantines ou balkaniques – pourrait sembler inconcevable dans une église des trois premiers quarts du xvie siècle12. Mais voilà que, maintenant, au xviie, on constate la fréquence des fondations avec le naos dépourvu de la tour-lanterne. L’accent vertical est transgressé vers l’ouest, une tour-clocher de plan carré ou octogonal est bâtie au-dessus du pronaos ou de l’exonarthex, démontrant, dans la deuxième situation, une synthèse heureuse entre les deux aspects traduisant l’esprit nouveau de l’époque. Ce type de tour-clocher (églises du monastère de Strehaia, 1645, église Saints Empereurs Constantin et Hélène de Tîrgoviste – 1652, église du palais de Pilipestii de Padure – 1667) polarise le regard, dès le premier instant, et s’inscrit très vite dans ce que les chercheurs du Baroque ont dénommé, avec une expression heureuse, « l’effet de la façade ». Chez nous, la façade – à vrai dire « les façades », parce que l’église peut être toujours contournée, et les parois ont toujours joué un rôle dans la décoration architecturale – reçoit maintenant plus de décoration. Une attention spéciale est accordée à la paroi ouest de l’église, par la modénature plus riche et plus variée des registres superposés d’arcatures, l’abondance décorative des encadrements – qui feront la marque du « Baroque Brancovan » – la profusion ornementale des battants des portes (églises de Strehaia - 1645, de Oolesti – 1646, Saints Empereurs de Tîrgoviste – 1652).

20En essayant de pénétrer au-delà de l’analyse en soi du fait constructif-artistique, une série d’aspects – pas du tout secondaires – vient de s’imposer à notre attention. Et, ce qui est le plus important, ces aspects ne peuvent pas être regardés isolés, mais seulement dans une étroite interdépendance et dans leur inter conditionnement.

21Ces changements de mentalité – traduits dans des réalisations qui échappent à la règle traditionnelle – ont lieu dans l’ambiance patronale du voïvode et des hauts dignitaires, c’est-à-dire la haute aristocratie du pays. N’est pas dépourvu de significations profondes le fait que Matei Basarab (1632‑1654) construisait dans le cadre d’un monastère comme Strehaia une église avec une silhouette n’ayant rien de commun avec ce qu’on avait bâti auparavant, et dans les villes, à l’intention des citoyens, des églises comme Saint Procop de Oherghita ou les Saints Empereurs de Tîrgoviste. Un exemple suivi ensuite, comme dans le cas de l’église de la Princesse de Bucarest (1683) fondation de Maria, épouse de Voïvode, Serban Cantacuzino. Selon l’exemple voïvodal, les grands dignitaires du pays commandent sur leurs domaines, tout près de leurs riches palais, décorés de stuc et de marbre, des églises étroitement inspirées de celles dues à l’initiative princière.

  • 13 - Dan Horia Mazilu, Barocul în literatura româna din secolul al xvii-lea (Le Baroque dans la littér (...)

22Ce qui a été écrit ou dit à ce moment-là et ce que nous savons sur l’histoire culturelle de l’époque, sur l’intense activité de l’imprimerie, des traductions les plus diverses, sur les œuvres originales, sur l’enseignement et les écoles conçues dans un esprit humaniste, influencé par le modèle jésuite, sur les intenses contacts culturels, spirituels et religieux avec l’Orient chrétien, surtout avec l’Europe de l’Est, et avec l’Occident, sur la réforme du clergé préconisée par les métropolites Théophile et Stéfan, ainsi que leur préoccupation pour le redressement moral général, sur le climat entier de l’Orthodoxie Orientale, confrontée à un moment donné avec les mêmes questions appartenant à la sphère d’intérêts de la Contre-Réforme13, – tous ces faits ne pouvaient pas rester sans écho sur le plan des monuments. Elle est bien connue la fonction de « baromètre » – enregistrant avec fidélité et finesse les mouvements de l’esprit pour les transmettre à la postérité grâce à la pérennité assurée pendant le temps - du monument d’architecture.

23Que les phénomènes mentionnés ne soient pas « baroques » – ne s’inscrivant pas dans un STYLE historique bien défini – nous semble facilement acceptable ; mais qu’ils soient générés par un esprit auquel le BAROQUE n’est pas étranger, à notre sens, cela mérite discussion.

Haut de page

Notes

1 Nicolae Ghika - Budesti, Evoluatia arhitecturii în Muntenia si Oltenia (Évolution de l’architecture en Valachie et en Olténie), iiie partie-xiie siècle, « Buletinul Comisiunii Monumentelor Istorice », an xxv (1933), fasc. 71-74.

2 Voir la discussion chez Vasile Dragut, Arta brîncoveneasca, (l’Art Brancovan), Bucarest, 1976, p. 19 ; idem, Dictionar enciclopedic de artà veche româneascà (Dictionnaire encyclopédique de l’art ancien de Roumanie), l’article « Art Brancovan », Bucarest, 1976, p. 68-69.

3 Une littérature assez riche s’est accumulée ces dernières 15 années. À voir notamment : Virgil Cândea, L’humanisme d’Udriste Nasturel et l’agonie des lettres slavones en Valachie, dans RESEE, 2, 1968, p. 239-287 ; Idem, Ratiunea dominanta (La raison dominante), Cluj-Napoca, 1979 ; Dan Horia Mazilu, Udriste Nasturel, Bucarest, 1974, Idem, Barocul în literatura româna din secolul al xvii lea (Le Baroque dans ta littérature roumaine du xviie siècle), Bucarest, 1976 ; Alexandru Dutu, Sinteza si originalitate în cultura românà, (Synthèse et originalité dans la culture roumaine), Bucarest, 1972 ; Idem, Umanisti români si cultura europeanà, (Humanistes roumains et culture européenne), Bucarest, 1974 ; Idem, L’humanisme et l’évolution des rapports culturels européens au xvii-xviii siècles, Revue Roumaine d’Histoire, 16, 1977, p. 3-16 ; Idem Cuttura româna în civilizatia europeana moderna (La culture roumaine dans la civilisation européenne moderne), Bucarest, 1978 ; Ràzvan Theodorescu, Cîtiva « oameni noi », ctitori medievali (Sur quelques « hommes nouveaux », jondateurrs et patrons médiévaux), « Studii si cercetàri de Istoria Artei - Seria Artà Plasticà », Bucarest, tome 24 (1977), p. 67-124.

4 Nicolae Ghika -Budesti, op. cit., tome ii, 1931, tome iii, 1933, tome iv, 1936.

5 Dari Ionescu, Le Baroque en Moldavie, Bucarest, « Synthésis », iv, 1977, p. 79-97.

6 Grigore Ionescu, Istoria arhitecturii în România (Histoire de l’architecture en Roumanie, tome ii, Bucarest, 1965, p. 44 ; Vasile Dragut, Dictionar... (Dictionnaire...), p. 154.

7 L’espace créé entre les colonnes séparant le naos du pronaos était séparé par des rideaux richement décorés (cf. Paul de Alep, Calatori straini despre tarile române (Voyageurs étrangers dans les Pays Roumains) - , vol. iv, Bucarest, 1976, p. 168). Avant l’époque dont nous nous occupons, le seul monument pour lequel nous ne connaissons pas la solution du passage naos pronaos est l’église de l’ancien monastère de la Trinité de Bucarest (« Radu Voda »), bâtie par Alexandre ii Mircea (1568-1577) et reconstruite par son petit-fils Radu Mihnea, en 1613. Avec une structure similaire à l’église épiscopale de Neagoe Basarab d’Arges, elle semble être le premier monument avec une communication directe entre les deux espaces rituels. Que l’église de Neagoe pourrait être un exemple lointain pour la nouvelle solution valaque vers le milieu du xviie siècle est possible, mais dans la deuxième moitié de ce siècle et les premières décennies du suivant on trouve également des monuments qui imitent presque tel quel ce modèle prestigieux, en s’inspirant évidemment du type structurel avec le pronaos sur-élargi et sa colonnade centrale. Il y a aussi d’autres monuments, comme l’église Saints Empereurs de Tîrgoviste, celle du monastère de Gura Motrului et les églises des Cantacuzins qui adoptent les solutions nouvelles dans le cadre structurel du triconque simple traditionnel ; on trouve ici des parallélismes et non pas des influences pour la même époque.

8 Jusqu’à présent, nous ne connaissons pas avec précision - à quelques exceptions près seulement - l’aspect des maisons ou des palais construits en maçonnerie, en Valachie, avant le dernier quart du xvie siècle. Pendant les fouilles archéologiques on a mis en évidence les soubassements des palais princiers de Curtea et Arges et de Tîrgoviste (les deux du xive siècle). Le premier était précédé par une galerie ouverte, avec l’entrée – peut-être ouverte aussi – en résalit.

9 Avant 1583-1585, intervalle qui marque la construction de l’église princière de Tîrgoviste – munie d’un exonarthex ouvert qui fera école dans l’architecture valaque – on trouve des exonarthex de ce type à Cotmeana (1387-1389), Sainte Parascève de Tîrgoviste (moitié du xve siècle) église principale du monastère de Tismana (commencement du xvie siècle, ancienne Métropolie de Tîrgoviste (1512-1521) et aussi des narthexes ouverts au monastère de Snagov (1512-1521) et à l’église de l’hôpital du monastère de Cozia (1542).

10 Lucian Blaga, Trilogia culturii (La trilogie de la culture), Cap. « Le transcendant qui descend », Bucarest, 1969, p. 155-161.

11 Victor Papacostea, Les Origines de l’enseignement supérieur en Valachie, « Revue des études sud-est européennes », 1, 1963, p. 7-39.

12 En Valachie, sauf la tour-clocher de l’église Sîn Nicoara de Curtea de Arges (xive siècle) et celle de l’église Saint Georges de Tîrgoviste (xvie siècle) il n’y en a pas d’autres avant la décennie précédant la moitié du xviie siècle. Ni le lointain exemple du xive siècle, ni les exemples balkaniques – qui ne remplacent pas la tour du naos par celui du pronaos, mais l’accompagnent n’ont aucune influence sur la structure nouvelle, exprimant une autre mentalité, impossible auparavant dans les églises orthodoxes.

13 - Dan Horia Mazilu, Barocul în literatura româna din secolul al xvii-lea (Le Baroque dans la littérature roumaine du xviie siècle), Bucarest, 1976, p. 99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tereza Sinigalia, « L’esprit baroque dans l'architecture du xviie siècle de la Valachie », Baroque [En ligne], 11 | 1984, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://baroque.revues.org/559 ; DOI : 10.4000/baroque.559

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page