Navigation – Plan du site
8e session : Baroque, un concept heuristique (1978)

Conférence donnée en marge du colloque

André Baiche

Texte intégral

Du Bartas hier et aujourd'hui

  • 1 On voudra bien me pardonner de renvoyer le plus souvent, dans les notes ci-dessous, à mon édition c (...)

1En 1578 était publiée la Semaine, ou Création du Monde, un long poème de forme épique de près de 7000 vers, écrit par un auteur alors peu connu, aujourd’hui négligé et cependant inoubliable : Du Bartas. 1978 est donc l’année du quatrième centenaire de cette œuvre : anniversaire que les lignes suivantes ont pour objet de célébrer, comme j’ai été invité à le faire1.

  • 2 Du Bartas avait la plus grande partie de ses terres dans le Fezensaguet, vicomté dépendant des souv (...)

21578 : Publication de la Semaine
La Semaine de 1578 eut un succès peu commun. Une fois obtenu le nécessaire privilège du roi (21 février 1578), une première édition paraissait, rapidement, imprimée et mise en vente à Paris par Jean Febvrier, « demeurant près le collège de Reims », et Michel Gadoulleau, « au clos Bruneau, à la corne de Cerf ». Ce lancement en France, sur la place de Paris, et déjà des contrefaçons2 attestaient la promotion d’une œuvre nouvelle et la consécration d’un jeune talent.

  • 3 Voir Ronsard, Œuvres complètes, édition de la Société des Textes Français Modernes par P. Laumonier (...)

3L’auteur, en effet, reçut une immédiate célébrité. Ronsard déclara, dit-on, qu’il devait descendre du Parnasse pour y céder sa place au nouveau venu. Ce qui est sûr et non moins probant, c’est sa mauvaise humeur, exhalée en plus d’un endroit3. On la comprend aisément. Comment le prince des poètes français aurait-il vu d’un cœur léger nombre de ses fidèles, à commencer par son maître vénéré Dorat, déclarer leur admiration à l’égard de cet imprévu et encombrant rival ?

  • 4 Voir ci-dessus, note 2. Rappelons en outre que dans les régions fréquentées par du Bartas, on parle (...)
  • 5 Voir mon édition de la Judit. p. liii et les notes. Ibid., p. lii.

4Quel était donc, au juste, le nouveau venu ? Un « provincial », dirions-nous aujourd’hui. À l’époque, quasiment un étranger : un gascon4 ! Celui qui se faisait appeler Guillaume de Salluste, sieur du Bartas, était en réalité fils de François Salustre, marchand de Monfort, près de Mauvezin (dans le Gers actuel), anobli par acquisition du Bartas, terre d’Église qui valait à son propriétaire un titre de petite noblesse. Il s’était installé en 1569 au Bartas rénové, à l’âge de 25 ans5. Telle était l’identité de l’intrus qui allait (mais combien de nos manuels d’aujourd’hui le disent-ils encore ?) exercer sur la poésie française une royauté de quelque trente ans, avant de mourir des suites probables de ses blessures, en pleine gloire. Dès 1579, en effet, la Semaine est rééditée par Febvrier et Gadoulleau, et l’on ne compte pas moins de six autres éditions en cette seule année. Ce rythme de plusieurs éditions par an va durer jusqu’en 1585 ; la Semaine sera rééditée, sans véritable interruption, jusque après 1611. L’année 1578 est donc bien l’année d’un best-seller de la poésie française et une grande date de notre histoire littéraire. C’est aussi, a-t-on dit, le moment où naît une vision du monde nouvelle. Volontiers, les nostalgiques d’une certaine grandeur poétique indépendante des normes officielles (et des canons de l’Université) se reconnaissent en du Bartas. Cette royauté de plus de trente ans durerait-elle encore, en quelque façon ? De cet avènement de 1578 que reste-t-il en fait aujourd’hui ?

Lire Du Bartas aujourd'hui

5On ne saurait sans s’abuser prétendre aujourd’hui lire et faire lire du Bartas comme il y a quatre siècles. Cela supposerait en effet un texte, une certaine lecture, un certain goût : tous éléments qui font plus ou moins défaut.

  • 6 Holmes, Lyons, Linker : The Works of Guillaume De Salluste, Sieur Du Bartas, édition critique avec (...)

6Un texte ? Aucun texte français n’est accessible au commun des mortels. Non seulement il n’existe pas d’édition au format de poche, mais encore pour avoir en mains la Semaine il faut aller chercher l’un des trois tomes de l’édition américaine de l’Université de Caroline du Nord : monumentale et déjà fort vieillie ; ou l’édition allemande de Kurt Reichenberger6. Autant dire que le best-seller de 1578 repose au cimetière de l’édition française.

  • 7 On pensera évidemment à Mallarmé ou Apollinaire, mais aussi aux recherches contemporaines de poésie (...)

7Une certaine lecture, ai-je dit aussi ; telle qu’elle convient en effet à une poésie qui est avant tout parole : dictée, dite et faite pour être dite. Du Bartas, plus que tout autre, s’exprime en un style éloquent, une phrase « haut levée » une ampleur épique. Or notre poésie moderne a été longtemps et demeure à beaucoup d’égards affaire d’écriture. Prise en considération de la page blanche, calligrammes, condamnation du long poème : depuis le xixe siècle elle s’est intégrée pleinement à la civilisation de l’écrit7.

8Il faudrait enfin que règne encore un certain goût. Ecoutons Patrice de La Tour du Pin au moment précis où il s’apprête à découvrir l’œuvre de du Bartas :

  • 8 P. de La Tour du Pin : « Guillaume de Salluste, seigneur du Bartas ». Tableau de la littérature fra (...)

J’avoue avec confusion mon ennui devant beaucoup de poèmes. (...) Et je m’enfonçai dans l’appréhension de l’ennui. (...) Alors l’ennui...8

Reconnaissons donc que la tâche première, avant d’espérer faire lire et goûter du Bartas, et précisément pour ce faire, consiste à le situer.

Situation de Du Bartas

  • 9 H. Weber : La création poétique au xvie siècle en France, de Maurice Scève à Agrippa d’Aubigné. Par (...)

9On peut situer une œuvre littéraire en se référant à des normes esthétiques, ou bien la rapporter à l’histoire de l’époque dans laquelle elle est née. La première des deux voies fut choisie naguère par Henri Weber. Son projet consista à apprécier les œuvres poétiques de notre xvie siècle en s’autorisant d’un idéal de la « véritable » poésie. Aussi la manière propre de Du Bartas lui parut-elle condamnable en tant que répétition et amplification de procédés ronsardiens : Du Bartas serait un Ronsard manqué9. Une telle démarche, en elle-même logique et d’ailleurs bien soutenue par une argumentation adéquate, ne saurait échapper à la contestation. Surtout, il y a lieu de douter de son opportunité en notre temps,

  • 10 Forme et signification. Paris, Corti, 1964, p. xv.

[...] en ce siècle qui », comme l’a fort bien dit Jean Rousset, « n’a d’autre vérité que l’expérience intime de chacun »10.

  • 11 La Judit, édition citée (ci-dessus, note 1), p. lii.
  • 12 Ibid., pp. xxxvi-xlvii. Rappelons que les corrections apportées au texte de 1574 ne font que rendre (...)
  • 13 Ibid., pp. xix-xxxv. Je désigne la « reine Margot » comme il convient et non par l’appellation faut (...)

10Restent donc l’histoire, les luttes de l’époque, l’actualité même du xvie siècle. Voici en effet que Du Bartas déclare : « Ma destinée et la calamité de mon siècle m’ont appelé à autre profession que celle des lettres ». Ce pacifique n’a pas trente ans qu’il s’est déjà trouvé entraîné à faire acte de combattant11. L’actualité l’atteint de plein fouet. Mais il ne la fuit pas. En 1574, peut-être à l’incitation de Jeanne d’Albert, il aborde la question brûlante qui va enfiévrer la France jusque sous Louis xiii, celle du tyrannicide : doit-on supporter les exactions d’un souverain qui abuse de son autorité au point de la rendre tyrannique ? N’est-il pas légitime de l’abattre ? Le poème de Judith, première épopée française achevée, donne la réponse : le tyran sera tué, et la patrie opprimée sera libérée par l’initiative et l’acte d’un seul. Judith délivre Béthulie en assassinant Holopherne12. Comment un tel message n’aurait-il pas été compris comme un appel au régicide, sous un roi catholique et oppresseur ? Du Bartas, malgré des timidités et des maladresses dont il est coutumier, avait conscience d’une telle interprétation et ne la repoussa pas. Il s’était avoué sujet de Navarre et de Jeanne d’Albret avant de l’être de Marguerite de France, épouse de son roi13.

11La polémique n’est pas davantage absente de la Semaine. Du Bartas s’en prend à Copernic, dont le système commence à être connu :

Il se treuve entre nous des esprits frenetiques
Qui se perdent tous jours par des sentiers obliques
(La Semaine, iv, 125 et suiv.).

12Il attaque plus violemment encore l’épicurisme ambiant (et à travers lui Lucrèce prétendu garant et initiateur de l’athéisme contemporain) :

Tu dormois, Epicure, encor plus que ton dieu,
Quand tu fantastiquois un lethargique au lieu
De la source de vie, ou, d’une ruse vaine
Des athees fuyant, non le crime, ains la peine,
Tu mettois en avant un dieu tant imparfait
Pour l’avouer de bouche et le nier de fait.
(La Semaine, iv, 111-116).

  • 14 Vers 1-26. Des condamnations aussi violentes, sinon plus, se trouvent déjà dans l’Uranie, ou Muse c (...)
  • 15 C’est ce qu’a fort bien montré Michel Prieur dans sa remarquable étude « Le Monde et l’Homme de Du (...)

13Et l’on retrouve dans cette œuvre la dénonciation, quasi rituelle de la part des chrétiens avoués, des flatteurs de cours et des poètes galants. C’est sur elle que s’ouvre le Second Jour14. Oui, Du Bartas a pris sa part de l’histoire de son temps et il est heureux qu’il en ait été ainsi. Le sens de son engagement apparaît clairement : il est celui d’une « résistance » venue d’un solide ancrage dans la foi et dans les certitudes paysannes15.

Du Bartas poète baroque

  • 16 Il va de soi que des « montages » semblables à celui que fit Jean Rousset dans La littérature de l’ (...)
  • 17 La naissance du baroque français. Publications de l’Université de Toulouse Le Mirail, 1976, pp. 66- (...)
  • 18 Voir La Judit, édition citée (ci-dessus, note 1), pp. ciii et cvi-cviii, par exemple.
  • 19 L’Uranie, ou Muse céleste (texte de 1574, vers 52). Manie est, à peine francisé, le terme employé p (...)

14Dire que cette œuvre naquit d’une imagination « résistante » ne suffit pas cependant à mettre en évidence ce qui la gouverne et le mouvement qui la porte, au-delà de la solidité et de l’ampleur qu’elle manifeste. Un seul terme convient, si l’on veut bien l’employer avec la prudence et les précautions nécessaires et avec le souci d’éviter tout « montage » : celui du baroque16. En ce qui concerne la Semaine, le Baroque correspond à une position théorique, à un rôle dévolu à l’imagination, à une relation nouvelle de l’homme au monde. La théorie poétique, je l’ai montré ailleurs17, n’ira pas jusqu’à son accomplissement. Dans et par la ruine de l’idéal de la Pléiade une synthèse s’ébauche qui ne se construira pas vraiment chez Du Bartas, à cause de son penchant au compromis, de sa visée persistante d’une beauté mesurée, de son attachement aux outils légués par la tradition, et d’abord à la langue poétique reçue18. Mais déjà la poésie est conçue comme un don immédiat ; l’inspiration, comme aussi gratuite que la grâce. C’est ce que Du Bartas appelle manie19. Le sujet gouverne tout et les fautes, les misérables fautes ne comptent plus :

ez choses hautes et difficiles le seul desir est digne
de louange
(La Semaine, avis au lecteur de 1578.)

  • 20 Voir La naissance du baroque français, ouvrage cité, pp. 47-49 et 58-60.
  • 21 Article cité, pp. 381-5.

15Quelle conscience d’un génie dans cette attitude ! D’un coup peut se mesurer l’écart qui sépare cette poétique de la minutie et de la mesure de la Pléiade20. La voie est ouverte, dès lors, à l’imagination pour qu’elle joue un rôle nouveau et jouisse d’une liberté jusque-là ignorée ou interdite. Je ne citerai que deux exemples, généralement connus : les évocations du Chaos et de la fin du monde (Premier Jour de la Semaine). Michel Prieur a montré pertinemment les fondements théologiques solides de la première des deux évocations21. Et cependant le chaos n’est évidemment plus idée rationnelle comme chez saint Augustin :

Ce premier monde estoit une forme sans forme,
Une pile confuse, un meslange difforme,
D’abismes un abisme, un corps mal compassé,
Un chaos de Chaos, un tas mal entassé,
Où tous les elements se logeoient pesle-mesle
(Premier Jour, 223 et suiv.)

Du Bartas voit plus qu’il ne pense.

Certes. Et comme nous voici loin, du point de vue de l’imaginaire, de l’hymne ronsardien !
Ou encore :

Un jour, de comble en fond les rochers crousleront
Les monts plus sourcilleux de peur se dissoudront,
Le ciel se crevera, ...
La mer deviendra flamme et les seches balenes,
Horribles, mugleront sur les cuites arenes
(Premier Jour, 353 et suiv.)

  • 22 G. Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté. Paris, Corti, 1948, pp. 8 et 24.

16Comment définir la Semaine autrement que comme une immense contemplation poétique ? On a cru y voir un inventaire de la Création. Ce qui apparaît, au contraire, c’est que le détail réaliste n’est pas premier: on ne voit bien que ce que l’on imagine et la richesse d’un spectacle, comme l’a souligné Bachelard, doit tout à la richesse de l’imagination, non à celle d’un réel que l’on se bornerait à reproduire22. Que la Semaine de 1578 se déploie dans une ampleur épique ne doit pas surprendre. Les rêves de grandeur appartiennent à la jeunesse du monde. C’en est assez pour nous faire (re)lire et goûter Du Bartas.

Haut de page

Notes

1 On voudra bien me pardonner de renvoyer le plus souvent, dans les notes ci-dessous, à mon édition critique de La Judit de du Bartas (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Toulouse – aujourd’hui Université de Toulouse Le Mirail –, 1971). Dans son introduction de plus de 200 pages, elle contient la dernière synthèse concernant le poète gascon.

2 Du Bartas avait la plus grande partie de ses terres dans le Fezensaguet, vicomté dépendant des souverains de Navarre. Et c’est de la cour de Navarre qu’il s’est toujours déclaré sujet. La Navarre et la vicomté du Béarn n’ayant été réunies à la couronne de France (de fait, mais non encore en droit) qu’à l’avènement d’Henri IV, du Bartas n’était donc pas « de France ».
Contrefaçons d’un soi-disant Jérosme Farine, de Turin (1578) ; Barthélemy Gomet, de Blois ; Lloys Cloquemin, de Lyon ; Benoît, Rigaud, de Lyon. (1579).

3 Voir Ronsard, Œuvres complètes, édition de la Société des Textes Français Modernes par P. Laumonier, révisée et complétée, par I. Silver et R. Lebègue, t. xviii, pp. 358‑359 et les notes ; et aussi le t. xvi, pp. 337-8 et la note 1 de la p. 338.

4 Voir ci-dessus, note 2. Rappelons en outre que dans les régions fréquentées par du Bartas, on parle bien moins français que langue d’oc. Du Bartas, comme aes gens cultivés de son pays, était bilingue.

5 Voir mon édition de la Judit. p. liii et les notes. Ibid., p. lii.

6 Holmes, Lyons, Linker : The Works of Guillaume De Salluste, Sieur Du Bartas, édition critique avec introduction, notes et variantes. Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1935-1940, 3 tomes.

K. Reichenberger : édition critique de La Sepmaine ou Création du Monde. Tübingen, Max Niemeyer, 1963. Beihefte zur Zeitschrift für Romanische Philologie, 107, Heft.
M. Braspart, en outre, a publié des morceaux choisis dans son Du Bartas, poète chrétien, Neuchâtel et Paris, Delachaux et Niestlé, 1947.

7 On pensera évidemment à Mallarmé ou Apollinaire, mais aussi aux recherches contemporaines de poésie figurative, sans oublier le net retour de la poésie à la parole, par lequel elle renoue aujourd’hui avec sa pratique la plus ancienne.

8 P. de La Tour du Pin : « Guillaume de Salluste, seigneur du Bartas ». Tableau de la littérature française. De Rutebeuf à Descartes. Paris, Gallimard, 1962, pp. 337‑339.

9 H. Weber : La création poétique au xvie siècle en France, de Maurice Scève à Agrippa d’Aubigné. Paris, Nizet, 1955, pp. 539‑552.

10 Forme et signification. Paris, Corti, 1964, p. xv.

11 La Judit, édition citée (ci-dessus, note 1), p. lii.

12 Ibid., pp. xxxvi-xlvii. Rappelons que les corrections apportées au texte de 1574 ne font que rendre plus nette l’incitation au tyrannicide: voir ibid., p. xlvii.

13 Ibid., pp. xix-xxxv. Je désigne la « reine Margot » comme il convient et non par l’appellation fautive « Marguerite de Navarre ».

14 Vers 1-26. Des condamnations aussi violentes, sinon plus, se trouvent déjà dans l’Uranie, ou Muse céleste (texte de 1574, v. 1-12, 69-84, 105-112).

15 C’est ce qu’a fort bien montré Michel Prieur dans sa remarquable étude « Le Monde et l’Homme de Du Bartas ». Bulletin de la Société Archéologique, Historique, Littéraire et Scientifique du Gers. lxxie année (1970), pp. 371-373.

16 Il va de soi que des « montages » semblables à celui que fit Jean Rousset dans La littérature de l’âge baroque en France (« montage » avoué, par la suite, dans L’intérieur et l’extérieur) n’ont plus lieu d’être : la notion de baroque a reçu droit de cité en France.

17 La naissance du baroque français. Publications de l’Université de Toulouse Le Mirail, 1976, pp. 66-67.

18 Voir La Judit, édition citée (ci-dessus, note 1), pp. ciii et cvi-cviii, par exemple.

19 L’Uranie, ou Muse céleste (texte de 1574, vers 52). Manie est, à peine francisé, le terme employé par Platon dans le Phèdre ; Marsile Picin l’avait traduit par furor (d’où l’emploi du mot fureur par la Pléiade).

20 Voir La naissance du baroque français, ouvrage cité, pp. 47-49 et 58-60.

21 Article cité, pp. 381-5.

22 G. Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté. Paris, Corti, 1948, pp. 8 et 24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Baiche, « Conférence donnée en marge du colloque  », Baroque [En ligne], 09-10 | 1980, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://baroque.revues.org/534 ; DOI : 10.4000/baroque.534

Haut de page

Auteur

André Baiche

Maître-Assistant à l’Université de Toulouse Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page