Navigation – Plan du site
6e session : Statut du concept de Baroque (1974)

Sixième session. Statut du concept de Baroque

Préambule [1974]
Félix Castan

Texte intégral

1La revue Baroque et les Journées Internationales d’Étude du Baroque se sont fixé pour but de contribuer à la confrontation des travaux scientifiques qui se poursuivent sous le vocable de Baroque.

2Au bout de dix années d’enquête, un certain nombre de discordances, disparités et divergences méthodologiques ou de difficultés de contrôle apparaissent :

31. Comment établir par confrontation – directe d’un domaine à l’autre – l’accord des spécialistes de l’histoire de l’art, de la littérature, de la musique, etc. ? Convient-il de faire référence à une vue synthétique qui, reprenant les résultats séparés en interpréterait le sens et formerait progressivement une science de civilisation, laquelle, retournant aux spécialités, tendrait à en modifier l’économie et à constituer en constellation les différents travaux ? Les rapports entre les spécialisations seraient alors non pas directs, mais indirects (le détour ne saurait se concevoir sans faire intervenir un maillon philosophique dans la chaîne).

42. Plusieurs auteurs posent un certain nombre de critères de la chose baroque. D’autres repèrent des espaces d’expérience baroque dans les divers pays et montrent l’unité de formations historiques indépendamment des définitions de mots. La convergence actuelle des deux démarches n’est pas certaine (d’ailleurs ni les critères auxquels se réfèrent les uns ni les entités que cernent les autres ne concordent dès l’origine), néanmoins on peut se proposer pour objectif aléatoire d’organiser des convergences.

53. On décèle des tendances à ouvrir la vision et à estomper ses contours, et d’autre part des tendances à la refermer en systèmes... Il arrive qu’on se trouve en présence de magistrales synthèses qui ont le caractère de monuments : la difficulté est alors de les relier entre elles dans le cadre d’une recherche de laboratoire.

64. Selon les cas on a voulu privilégier tel art ou tel événement ou tel principe au détriment des autres pour élaborer l’idéologie du Baroque: par exemple, l’architecture (art de référence), le théâtre (l’œuvre baroque est théâtrale), la décoration (décoratisme fondamental de l’esthétique baroque), le triomphalisme de la Contre-Réforme, l’héroïsme des luttes nationales, l’ostentation féodale, le désarroi des guerres, un laxisme libérant l’imaginaire chez des lettrés sur-cultivés surtout préoccupés des mouvements intimes de l’esprit, et le réalisme esthétique d’illusionnistes sans illusions, le lieu et le goût des contradictions, l’amour, le néant et la mort, ou même une rhétorique militante, le pessimisme ou l’optimisme tour à tour de la réflexion scientifique en pleine révolution, l’irrationnalisme religieux et la mécanique galiléenne ou la cosmologie képlérienne, un leadership universel de Rome et la domination espagnole, les remous réactionnels suivant le développement du capitalisme marchand et manufacturier, la récession économique et les crises paysannes... Toutes considérations évidemment partielles, souvent contradictoires entre elles, mais non pas forcément inconciliables dans une coordination multilatérale.

75. L’usage du concept a pénétré aujourd’hui dans toutes les disciplines. mais de manière inégale : il s’est surtout généralisé dans l’histoire de l’art (architecture, peinture, décoration, sculpture), puis dans l’histoire littéraire (notamment poésie et théâtre). Des résultats équilibrés, d’importance équivalente partout, assureraient à la notion une indépendance plus grande, en un lieu qui surplombe les disciplines de plus haut et d’où l’on puisse procéder à un questionnement, à la maïeutique régulatrice.

86. La science du Baroque est oblitérée par des divergences entre nations ou groupes nationaux : ces divergences ont pour origine non seulement la diversité des expériences historiques et du matériel étudié dont il faudra nécessairement tenir compte et chercher les articulations, mais aussi des motivations théoriques différentes. Il semble qu’on fasse en Europe Centrale, par exemple, un usage plus systématique de la conceptualisation baroque et qu’on s’attache avec plus de conviction à opposer des époques, à travers des démarcations nettes, à distribuer la matière historique dans une rigoureuse périodisation... Les concepts contigus de Maniérisme et de Rococo, les concepts de Renaissance et de Classicisme, de même que les concepts de Ténébrisme, de Préciosité ou de Burlesque entre autres doivent maintenant faire l’objet d’une mise en place différentielle et hiérarchique, afin d’isoler plus exactement la fonction d’un concept régulateur. Verra-t-on se dégager expérimentalement une philosophie critique de la Culture s’exprimant en tenues de ruptures spatio-temporelles ou d’évolutions continues plus apparentes que réelles peut-être ? Ici une pensée attachée au concret de l’œuvre individuelle plus qu’aux reconstructions historiques peut trouver son efficacité, en formulant des jugements de valeur et des critères de signification, comme conditions fondamentales de validité des hypothèses.

9Le travail d’harmonisation des disparités implique l’idée d’un laboratoire imaginaire spécifique et d’une communauté de la recherche, procédant sans discriminations ni exclusives et réalisant la valeur baroque dans ses échanges. Une formalisation didactique retiendra moins l’attention que les vertus heuristiques de la problématique baroque : en bref, on se défiera un peu des catégories pour se mettre à l’écoute du sens.

10Il était naturel qu’on s’adressât à un philosophe pour formuler des interrogations destinées à aider les spécialistes de toutes disciplines dans leur réflexion sur leur propre expérience. Francis Courtès a rédigé à cette intention la lettre ci-jointe. Un échange méthodologique interdisciplinaire est proposé, dialogue ouvert, tel qu’il doit s’établir entre chercheurs, par l’intermédiaire des épistémologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Castan, « Sixième session. Statut du concept de Baroque », Baroque [En ligne], 09-10 | 1980, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://baroque.revues.org/508 ; DOI : 10.4000/baroque.508

Haut de page

Auteur

Félix Castan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page