Navigation – Plan du site

Texte intégral

Doux flambeau de nos jours, seul honneur des humains,

Où sont tes yeux, hélas ! hélas ! où sont tes mains,

Pour voir, pour recevoir cette offrande sacrée ?

Grand Roi, la fleur des Rois, où le Ciel se récrée,

Dès mes plus tendres jours je t'ai donné mon cœur,

Il est tien, je l'apporte aux pieds de ta Grandeur,

Prends mon hostie sainte, ô Roi, je te la voue,

Et vois qu'en la vouant tout à toi je m'avoue :

Hélas ! pourquoi dors-tu ? ô mon Roi, me voici

Humble et tout pantelant, tout chagrin, tout souci,

Courbé, triste et plaintif aux pieds de ton image.

Ton saint nom je révère, et ce petit ouvrage

Je sacre à ta mémoire, afin que sous ton nom

Mes vers toujours vivants acquièrent du renom.

Je déteste et maudis cette main assassine

Qui lança le poignard en ta sainte poitrine,

Et ne fais que pleurer depuis ce jour fatal,

Pour noyer en mes pleurs et moi-même et mon mal :

Mais au lieu d'arrêter de mes larmes la course,

Leur flux rétrogradant s'en revient à sa source.

Mon deuil toujours s'augmente et ton peuple en m'oyant

Lamenter ton désastre est sans fin larmoyant,

Tout pour Henri le Grand gémit, pleure et soupire

Et n'y a cœur humain qui n'en soit en martyre.

Comme le triste Aïe, Aïe ! du fils de Télamon

Était la voix des Grecs, ainsi toujours ton nom

Soit l'Écho des Français toujours, toujours plaignante,

Toujours de tes beaux faits soit la gloire vivante,

Soit en tes descendants, et les miens après moi

Ardents d'un même zèle et d'une même foi.

Soit, soit toujours ta France il ta sainte lignée

Et sous ce sacré joug heureuse et fortunée !

JEAN DE SCORBIAC

La Christiade, ou poème sacré
contenant l'histoire sainte du Prince de la Vie
Montauban, 1613

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Dédicace au feu Roi Henri le Grand  », Baroque [En ligne], 3 | 1969, mis en ligne le 20 avril 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://baroque.revues.org/271

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page